Le déroulement des épreuves des concours de la dgfip

Les concours de la Direction Générales des finances publiques sont découpées en plusieurs épreuves différentes. QCM, synthèse de documents, dissertations ou oral devant un jury. Découvrez les spécificités pour chaque grade et le contenu de l'examen. 

 

 

Agent des finances publiques : trois épreuves au compteur

 

Le concours commun de catégorie C permet aux personnes majeurs ressortissant de l'Union européenne et ayant au minimum un diplôme de niveau brevet d'être candidat. Les lauréats du concours sont affectés en qualité d'agent principal des finances publiques de 2ème classe depuis le 1er janvier 2017.

L'épreuve de pré-admissibilité

D'une durée d'1h30, l'épreuve se déroule dans de grandes salles regroupant des candidats de tout le département. Vous n'aurez besoin le jour de l'épreuve que de votre carte d'identité, votre convocation et d'un stylo noir. Toute autres affaires personnels devant être posées au sol. Des examinateurs ( des fonctionnaires en poste à la DGFIP ) sont présent à cette ocasion pour empêcher la triche et faire respecter le règlement.

Affublé d'un coefficient 1, le QCM qui est proposé aux candidats fait état de quatre matières : La culture générale, le français, la logique ainsi que les mathématiques. Depuis 2016, les mauvaises réponses au qcm font perdre des points. Le barème n'étant pas public, chacun a donc la responsabilité de décider quelle stratégie il souhaite mettre en place pour maximiser sa note. 

De niveau brevet, les candidats ne doivent pas se laisser berner par le niveau des questions. Celles-ci font souvent appel à des connaissances assimilées il y a plusieurs années. Elles ont donc la faculté d'écrémer un grand nombre de postulants dès le début des épreuves. 

Bien que certaines matières puissent être maîtrisées avec une bonne dose de travail à l'image des mathématiques et du français. D'autres, comme la culture générale, demande un travail de fond qu'il est difficile de rattraper en quelques semaines de révisions.

L'admissibilité le même jour

Loin d'avoir terminé la journée, l'épreuve du qcm enchaîne avec l'écrit d'admissibilité. Prévoyez donc une collation afin de garder un niveau de concentration suffisant.

Cette épreuve d'une durée de trois heures, a pour objectif de vous faire répondre à de nombreuses questions sur un corpus de documents accompagnées la plupart du temps de quelques expressions à définir. Les questions sont diverses et font appel à votre compréhension des textes. Vous serez également amené à produire un graphique ( histogramme...etc ) à partir d'un ensemble de données.

La dernière partie de l'examen consiste à effectuer une synthèse dont le sujet est en rapport avec les documents et indiqué dans l'intitulé de la question.

Cette épreuve demande plusieurs qualités :

  • Une bonne gestion du temps.
  • Une capacité à comprendre l'idée générale d'un texte et à savoir la restituer.
  • Un esprit synthétique

 

L'oral d'admission : une épreuve qui se prépare

Une fois passé les deux premières étapes de l'examen, vous êtes désormais face à la dernière marche qui peut vous hisser jusqu'à la liste principale. Vous avez constaté que la liste des personnes autorisées à concourir à l'oral s'est épurée énormément. Vous avez fournit de nombreux efforts pour en arriver jusque là et vous voulez naturellement que ceux-ci soient récompensés. Un conseil : ne relâchez pas vos efforts ! Cette dernière étape est celle qui demande le plus de travail.

Composé d'une femme et d'un homme, tout deux issues d'une filière différente ( fiscalité et gestion publique ), l'entretien se décompose en deux parties. La première consiste pour le candidat à se présenter de manière synthétique ( 5 minutes ) puis enchaîne dans un second temps avec des questions et des mises en situations posées par les membres du jury.

Pendant 20 minutes, les examinateurs vont apprécier votre aptitude à exercer la fonction d'agent au sein du Ministère des finances publiques. Langage corporel, capacité à argumenter, résistance au stress. Autant d'éléments qui sont scrutés et qui peuvent influer sur la note finale. D'autant plus que le coefficient (2) de cette épreuve peut complètement bouleverser le classement à l'issue des entretiens.

Pour cela, les candidats sont invités à assimiler un maximum d'informations sur la Fonction publique et le Ministère ( organigramme, services, histoire de la dgfip...). Déontologie, actualité de la DGFIP, économie... Il ne faut rien laisser au hasard. Ou le moins possible. Plus vous serez à l'aise avec les rouages propres à la Fonction publique, plus vous pourrez aborder votre oral d'examen avec confiance et serrenité.

 

Contrôleur des finances publiques : quatre épreuves et une matière en option

Un qcm légèrement plus corsé

Cette première partie de l'examen étant très similaire à celle proposée aux candidats du concours d'agent, je vous invite à lire la description faite plus haut. 

Les différences portent uniquement sur le nombre de questions qui peuvent être légèrement plus nombreuses et le niveau de connaissances requis pour répondre correctement aux questions. La préparation à cette épreuve sera donc identique et consiste à réviser les matières enseignées au Collège.

Une synthèse et une matière au choix pour départager les candidats

Cette partie de l'examen se déroule sur deux jours. De trois heures chacune, les épreuves sont composées dans un premier temps d'une synthèse de documents, accompagné, le jour suivant, d'une matière au choix ( Droit, économie, comptabilité ou mathématiques ) et qui font l'objet de questions et d'une dissertation pour certaines d'entres elles.

 

La synthèse de documents

 

Le premier jour, les candidats ont sur leur table, un ensemble de documents ( 30 pages environ ). De ce corpus, ces derniers doivent réussi à tirer l'idée principale ainsi que les informations secondaires et à les reformuler afin d'en tirer la substance qui leur permettra de réaliser une synthèse :

  • concise
  • claire
  • structurée
  • agréable à lire pour le correcteur.

Attention à ne pas paraphraser les documents et à ne pas donner votre avis personnel lors de votre reformulation des idées dans le texte.

 

L'épreuve en option

 

La seconde partie de l'épreuve d'admissibilité consiste à choisir parmi quatre matières ( Droit, Economie, Mathématiques et Comptabilité ). La durée est de 3 heures et le coefficient est de 3.

Pour plus d'information, le site du Ministère détaille le programme de chaque matière. Il est indispensable de le consulter sous peine de réviser ou d'omettre certaines parties essentielles.

Alors que la comptabilité et les mathématiques vont s'attacher à tester les candidats à travers de nombreux exercices pratiques ( résolutions de problèmes, édition d'une journée comptable...), l'épreuve d'économie quant à elle sera axé sur une dissertation  ainsi que l'analyse d'un ou plusieurs documents ( graphique, tableau de données ). Le droit, pour finir, se focalisera sur l'explication, de manière structurée, d'une ou plusieurs règles (de droits).

L'oral : savoir rentrer dans la fonction de contrôleur

Alors que le costume reste une tenue vestimentaire anecdotique chez les candidats aspirant à la fonction d'agent des finances publiques, le futur contrôleur devra porter une attention particulière à la manière dont il se présente au jury d'admission. A défaut d'un costume, une tenue sobre sera également adaptée.

La tenue de l'épreuve reste identique au concours de grade inférieur à la différence près que l'entretien dure 25 minutes.

Les 5 premières minutes sont consacrées à la présentation du candidat. Parcours scolaire, professionnel, expérience passées, loisirs, carrière envisagée, raison qui a poussé à passer le concours. Cette partie de l'examen est un très bon moyen pour mettre en avant vos qualités d'orateur. Essayez d'être le plus naturel possible et surveillez votre langage corporel ( ne pas trop parler avec les mains, faire attention à ne avoir un ton trop monotone...).

Pendant les 20 dernières minutes, le jury vous posera de nombreuses questions. Il pourra rebondir sur les informations que vous avez fournit lors de votre présentation pour avoir des précisions sur un sujet en particulier. Il sondera également vos connaissances sur l'actualités économique et du Ministère que vous souhaitez intégré. Enfin, des mise en situation seront aussi de la partie. Votre aptitude à répondre de manière argumentée et nuancé sera scrutée. C'est ce qui semble ressortir de nombreux témoignages sur la toile.

 

Inspecteur des finances publiques : L'oral en ligne de mire

 

Contrairement aux deux grades précédent, le concours d'inspecteur ne propose pas de qcm à ses candidats mais ajoute une épreuve d'oral à l'examen. Autant dire que cette épreuve est cruciale pour se hisser dans le haut du classement.

Deux écrits pour l'admissibilité

Cette portion de l'examen se rapproche beaucoup de celle de contrôleur. La première partie comporte une synthèse de documents (coefficient 7 ) et la seconde une matière au choix ( coefficient 5 ) :

  • Droit constitutionnel et administratif
  • Institutions, droit et politiques communautaires
  • Droit civil et procédures civiles
  • Droit des affaires
  • Analyse économique
  • Econométrie et statistiques
  • Mathématiques
  • Gestion comptable et analyse financière
  • Finances et gestion publiques

La sélectivité est rude pour accéder à la dernière étape du concours. Préparez donc ces deux épreuves avec beaucoup de rigueur.

Deux oraux pour choisir les futurs inspecteurs

Le concours d'inspecteur des finances publiques est le seul dans cette liste à faire intervenir deux oraux. Le grade étant plus élevé, cela peut laisser penser que l'administration cherche à mesurer au mieux les aptitudes des candidats à exercer leur futur poste au sein de la dgfip.

Le premier oral, d'un coefficient 6, se déroule, à l'image des deux autres grades ( agent et contrôleur ), d'un entretien de 30 minutes avec le jury. La présentation, d'une durée de 5 minutes est suivie d'un enchaînement de questions, pendant les 25 minutes restantes, destiné à apprécier la motivation des candidats.

Le second oral, d'un coefficient 4, se déroule comme un exposé. Le candidat tire au sort un sujet sur une matière ( les mêmes que celles exposées un peu plus haut ) et traite ce dernier devant le jury qui termine cet oral par quelques questions.